couple enfant

Couple : désaccord sur le désir d’enfant

Pour certains couples, faire des enfants et fonder une famille est une évidence. Pour d’autres, c’est un sujet épineux : l’un veut des enfants, l’autre non. Le désaccord s’installe, la relation risque de s’effriter. Est-ce pour autant un décalage insurmontable qui mène irrémédiablement à la fin de la relation amoureuse ou peut-on trouver un compromis ?

Pourquoi souhaite-t-on avoir des enfants ?

Le désir de procréer est motivé par différentes raisons. On peut faire des enfants pour devenir l’objet d’un amour inconditionnel et concrétiser la force des sentiments partagés. Dans ce cas, chaque enfant à naître est considéré comme un cadeau de la vie. Moitié de l’un et moitié de l’autre, l’enfant reflète le tout formé par ses parents.

Certaines personnes perçoivent les enfants comme les super héros de demain. Les futures générations seraient alors censées changer les choses, apportant des solutions concrètes aux problèmes d’aujourd’hui. Nos enfants trouveront sûrement comment lutter contre la malnutrition, le réchauffement climatique, les inégalités sociétales… autant de problématiques auxquelles nous faisons face sans trouver d’alternative. On se dit alors qu’en faisant des enfants, on offre au monde la chance de guérir de ses maux, dans un avenir plus ou moins lointain. Vu sous cet angle, la procréation résulte d’une vision utilitariste.

On peut aussi penser que la parentalité est un passage obligé, que c’est une étape de la vie et que louper cette étape serait contre nature.

Faire des enfants serait également la meilleure façon de laisser nos empreintes dans l’histoire. Nos descendants sont les mieux placés pour parler de nous une fois que nous aurons quitté ce monde. Ils pourront perpétuer un savoir-faire, faire en sorte que l’on ne soit jamais oublié, contrairement à ceux qui font le grand voyage sans avoir été parents.

N’oublions pas ceux qui pensent qu’en devenant parents des mêmes enfants, plus rien ne pourrait les séparer.

Certaines personnes font des enfants à cause de la pression sociale. En couple ou non, ne toujours pas être parent passé le cap des 30 ans est mal perçu. La pression monte d’un cran quand on renoue le contact avec d’anciens camarades de classe qui racontent fièrement leur vie parentale et qui ne comprennent pas pourquoi nous n’avons toujours pas sauté le pas. Si tout le monde fait des bébés, pourquoi pas moi ?

Les motivations diffèrent d’une personne à une autre, mais dans la plupart des cas, devenir parent a pour objectif de transmettre et de préserver quelque chose. C’est toutefois l’engagement de toute une vie.

Un désir différent au sein du couple

Peu importe son âge, un enfant aura toujours besoin de ses deux parents et vice-versa. Sacrifices, concessions, bonheur, inquiétudes… il y a mille et un facteurs à évaluer avant de se décider. C’est là que les choses commencent à se compliquer.

Il est possible que les deux partenaires nourrissent le même désir de devenir parent, mais que le timing soit mauvais. L’un veut profiter un peu plus de la vie de couple, l’autre veut un bébé le plus tôt possible. Même si les enfants sont le prolongement de chacun de leurs parents, le fruit de profonds sentiments, ils peuvent aussi être à l’origine de discordes malgré eux.

Les conflits se manifestent de multiples façons. L’un(e) peut imposer des relations sexuelles non protégées à l’autre, forçant ainsi les choses. Engager des travaux de rénovation pour aménager une chambre de bébé sans le consentement du partenaire serait tout aussi néfaste.

Dès lors que les idées divergent, la dissension s’installe et le mal-être l’accompagne. Le couple risque de battre de l’aile si les partenaires ne réagissent pas rapidement.

Les désaccords sur ce sujet peuvent entraîner des tensions et des conflits

Le fait que l’un veuille des enfants, mais que l’autre refuse est souvent considéré comme une incompatibilité. On pense être tombé sur la mauvaise personne, on se dit qu’on perd du temps avec quelqu’un qui n’envisage pas un avenir sérieux. On doute de soi, on doute de l’autre.

Les troubles psychologiques s’installent également. Ils se manifestent par une frustration difficile à contenir, un stress qu’on n’arrive pas à évacuer, une anxiété permanente, une irritabilité incontrôlable. La tension monte et on s’éloigne petit à petit, parfois sans s’en rendre compte.

couple

Dans le pire des cas, il peut entraîner une séparation

C’est bien connu, même les couples les plus amoureux et les plus heureux passent par des moments difficiles. On se fait plaisir, on se déchire. On se perd, on se retrouve. Si les sentiments sont solides, on arrive à garder le cap et à faire face ensemble. Mais le désaccord sur le désir d’enfant est insurmontable pour certains.

Les conflits ont une incidence sur la communication qui constitue pourtant une base essentielle au bon fonctionnement du couple. Les discussions les plus anodines sont ramenées au sujet qui fâche. Les échanges deviennent stériles, car chacun reste campé sur ses positions. On n’arrive pas ou on ne veut pas comprendre l’autre parce qu’on est certain d’avoir raison. Son déni de devenir parent est perçu comme un rejet de soi-même. Du coup, on ne veut plus discuter. Ni d’enfants, ni de rien d’autre. C’est comme si les projets d’avenir s’écroulaient avant même que leur concrétisation ne commence.

Communiquer revient à parler et à écouter. Cela va dans les deux sens et c’est ce qui permet de consolider les liens. Cependant, l’incapacité à discuter posément sans que cela ne s’achève en dispute est mauvais signe. L’un comme l’autre risque de mal interpréter les propos et les actions de son partenaire. Le rapport sentimental s’effrite et les préoccupations externes au couple prennent le dessus.

Les désaccords conduisent parfois à l’éloignement physique. On passe plus de temps avec ses amis. On se tue au travail en multipliant les heures supplémentaires. On noue de nouvelles relations. On n’a plus le temps de se pomponner pour séduire l’être aimé. On n’a plus envie de rentrer le plus tôt possible pour lui concocter un bon petit plat. Les petites choses qui faisaient le bonheur du couple disparaissent. C’est le désamour, les prémices d’un éventuel divorce.

Il est important de s’accorder du temps pour faire le point sur la relation de couple. Si vous n’arrivez pas à comprendre votre situation, demandez de l’aide. Un voyant peut notamment vous accompagner dans votre quête. Si vous craignez de dévoiler votre vie à un parfait inconnu, pensez à une consultation de voyance par téléphone. Vous serez sans doute plus à l’aise que ce soit sur rendez-vous ou en consultation immédiate.
Contrairement à ce que l’on peut croire, l’amour ne suffit pas. Il a besoin d’être cultivé tous les jours pour éviter les pièges de la routine et de l’indifférence qui peuvent être engendrés par des divergences d’opinions sur le fait d’avoir ou non des enfants.

Comment savoir si votre avenir amoureux est menacé ?

Il y a des signes qui trompent rarement. Comme nous l’avons évoqué, l’absence de discussion doit déjà vous alerter. De la même manière, méfiez-vous des disputes incessantes. Dans les deux cas, il est tout simplement impossible de communiquer.

De tierces personnes peuvent s’ajouter à l’équation. Prenez garde si votre partenaire ou vous-même vous rapprochez de quelqu’un d’autre. Le fait d’être plus à l’aise ailleurs, le sentiment d’être plus épanoui quand on n’est pas avec son partenaire sont des présages courants de la séparation. On balance entre jalousie et indifférence. On doute de l’autre, on n’a pas forcément envie de faire des efforts pour arranger la situation, ce qui pousse davantage le partenaire dans d’autres bras, amicaux ou amoureux.

Posez-vous un instant et imaginez votre avenir. Si vous vous projetez sans votre partenaire, c’est que vous n’êtes plus heureux dans ce couple. Envisager un futur avec quelqu’un d’autre signifierait que la présence de votre partenaire actuel n’est plus souhaitée. Mais est-ce parce que vos sentiments sont désormais morts ou parce que vous vous faites une raison, par dépit ?

Les spéculations ne sont jamais de bonnes alliées. Elles vous minent le moral et l’incertitude vous empêche d’évoluer. Il existe des alternatives pour être fixé sur l’avenir votre couple, notamment les arts divinatoires. Posez des questions directes appelant des réponses concrètes durant la consultation. Pourquoi vous vous disputez sans cesse, pourquoi vous n’arrivez pas à résoudre les conflits au sujet d’une potentielle parentalité, pourquoi l’autre refuse de se ranger à votre point de vue…. Profitez-en pour questionner le voyant sur votre avenir amoureux. Si vous n’êtes pas encore en couple avec votre âme sœur, vous le saurez !

voyance amour

Comment éviter qu’un désir d’enfant n’altère votre relation amoureuse ?

Les discordes engendrées par un désir d’enfant non partagé sont néfastes au couple, c’est évident. Néanmoins, il ne s’agit pas d’un problème insurmontable.

Pour commencer, évitez de refouler vos émotions. Mettez des mots sur vos ressentis et faites-en part à votre partenaire. L’idée n’est pas de lui faire endosser la faute, mais de lui faire comprendre votre besoin de procréer ou à l’inverse, ce qui vous démotive à faire des enfants. Profitez-en pour lui demander d’expliquer ses propres motivations et soyez vraiment à l’écoute. Il ne s’agit pas d’un jeu dans lequel il faut à tout prix avoir le dernier mot, mais d’une discussion entre adultes civilisés. Votre séance de voyance amour avec https://www.cabinet-kld-voyance.fr/peut vous donner des pistes sur la manière d’aborder le sujet et le choix du moment opportun pour parler franchement.

Nous l’avons dit, un enfant vous engage sur le long terme. Il ne s’agit pas d’une poupée que vous pourrez laisser dans son coin, mais d’un être vivant qui demandera votre attention et votre présence. Si l’un des partenaires cède à l’autre par obligation ou parce qu’il veut éviter les conflits, les conséquences risquent d’être fâcheuses. En effet, devenir parent quand on n’est pas prêt, pousse parfois à l’abandon du foyer. L’enfant est victime malgré lui. C’est tout l’intérêt de discuter sereinement, car un bébé doit naître dans un environnement sain : beaucoup d’amour, zéro conflit !

Projetez-vous ensemble et essayez de définir les rôles de chacun. Comment allez-vous vous organiser si vous décidez finalement d’avoir un enfant ? Faudra-t-il faire des concessions sur la vie professionnelle de l’un ou de l’autre ? Sera-t-il nécessaire d’engager une nounou ? Votre logement est-il adapté à une famille ? Il ne faut pas avoir peur de la remise en question, car le refus de faire des enfants est parfois motivé par la peur de ne pas être à la hauteur. En communiquant, vous trouverez peut-être un compromis : acheter un nouvel appartement pour avoir assez de place, trouver un emploi plus rémunérateur afin de couvrir les charges, partir en vacances à deux pour profiter à fond de votre relation, n’écartez aucune possibilité.

Faire un enfant ne s’improvise pas et c’est une décision qui ne doit pas se prendre sur un coup de tête. Une naissance devrait fortifier un couple et non le briser. Si vraiment vous ne trouvez aucune solution, il est peut-être plus juste d’envisager la rupture, mais là encore, ne précipitez rien. N’hésitez pas à recourir à une voyance de qualité pour être fixé sur la situation et obtenir des réponses à vos interrogations.