prix augmentation mammaire

Quel est le prix d’une augmentation mammaire ?

Avec près de 400 000 femmes qui seraient concernées en France et environ 1,8 millions de procédures réalisées pour la seule année 2013 à travers le monde, l’augmentation mammaire fait partie des interventions chirurgicales les plus pratiquées.

Bien qu’elle soit de en plus en plus perçue comme un produit de luxe, cette opération reste invasive et n’est pas sans risques. Les personnes avec une petite poitrine et qui souhaitent effectuer une chirurgie mammaire trouveront des informations utiles dans cet article afin de se lancer en parfaite connaissance de cause.

Augmentation mammaire : comprendre l’opération

Comme son nom l’indique, l’augmentation mammaire est une opération de chirurgicale esthétique qui permet aux femmes qui ont une petite poitrine de l’augmenter.

Au cours de cette intervention, le chirurgien procède à une pose de prothèses ou d’implants mammaires. Cette reconstruction mammaire peut consister pour le praticien à corriger une ptôse mammaire légère. Cette option est envisagée dans l’hypothèse d’une perte de volume de poitrine pas trop importante et liée à un amaigrissement ou à une grossesse. La plastie mammaire est proposée pour toutes les femmes présentant un relâchement plus prononcé.

Comme toutes les autres interventions chirurgicales, l’augmentation mammaire même si elle est purement esthétique n’est pas sans risques. Une préparation minutieuse de cette opération s’impose afin de réduire au maximum les dangers auxquels on s’expose. Il faut pour ce faire savoir poser les bonnes questions lors de la première consultation. De plus, la prise en compte d’un certain nombre de paramètres avant de se décider est indispensable.

Pendant la consultation pré-opératoire, le chirurgien demande à sa patiente de lui fournir des informations capitales telles que ses antécédents chirurgicaux et médicaux. Cette démarche vise à écarter définitivement tout ce qui est contre-indication à cette intervention : troubles cardiaques, trouble de la coagulation et bien d’autres encore.

Ensuite, il réalisera un examen du positionnement des seins, du buste, de la silhouette, de la forme du thorax, de la taille ou encore de la place des aréoles. Il s’intéressera en outre à l’épaisseur et la tonicité de la peau afin de proposer des implants adaptés. Le praticien interrogera également la patiente sur ses attentes concernant la forme et la taille de poitrine désirées. Il est clair que celle-ci doit être en mesure de lui répondre en fonction du résultat souhaité. Il est crucial que ce point soit clairement défini avant de se rendre au cabinet du chirurgien choisi pour l’opération.

Si la patiente doit répondre aux interrogations du chirurgien pour mieux le guider dans ses solutions, elle doit aussi lui poser des questions afin de vous se rassurer.

Dans cette optique, il convient de se penser sur des aspects essentiels comme les qualifications du spécialiste chargé de réaliser l’intervention sans oublier les mesures de sécurité prévues à cette occasion : permanence médicale, réanimation, la stérilisation et bien d’autres éléments encore. Il ne faut pas hésiter à interroger le chirurgien sur les éventuels risques liés à une augmentation mammaire. Les différentes préoccupations doivent être notées sur du papier à conserver à portée de main pour ne rien oublier lors de cet entretien capital.

Inutile de se mettre sous pression. Il faut se donner un minimum de deux semaines pour bien réfléchir aux conséquences à court et long terme de cette opération chirurgicale. Pour terminer sur les précautions à prendre, vous devez en tant que patiente vous renseigner sur les détails au niveau des coûts de cette intervention. Il faudra exiger si possible qu’une offre par écrit vous soit remise. Pour ce qui est de l’intervention proprement, il faut savoir qu’elle se réalise sous anesthésie sous générale. L’anesthésiste doit être consulté 48 heures avant l’opération. Un minimum de deux jours d’hospitalisation y compris la nuit suivant l’augmentation mammaire est à prévoir.

Quels sont les différents types d’implants mammaires ?

Les implants mammaires se déclinent sous différentes formes parmi lesquelles le choix se fait en fonction de la morphologie et des attentes du patient par rapport au résultat attendu. Les prothèses utilisées dans le cadre d’une augmentation mammaire se distinguent par ces trois éléments que sont la texture, la forme et le contenu.

En prenant comme critère de classification la texture, les praticiens peuvent conseiller à leurs sujets des implants texturés et des implants lisses. Ces derniers sont délaissés au profit des prothèses avec une texturées plus avantageuses pour ce qui est de l’adhérence des tissus mammaires. Le risque que des implants texturés se retournent après leur pose est quasiment nul. Une garantie que n’offre pas la prothèse lisse. C’est peut être l’une des raisons pour lesquelles elle est de moins en moins utilisée en matière de reconstruction mammaire.

Sur le fondement de la forme, il existe des implants anatomiques, ronds et plats. En forme de galettes, les prothèses plates particulièrement larges sont recommandées pour les patientes qui souhaitent augmenter leur poitrine après une grossesse. Elles sont parfaites comme solution au vide qui se crée au niveau de la partie haute du sein.

Quant aux implants de forme ronde, ils sont conseillés pour celles qui veulent avoir une poitrine avec un volume plus important après l’intervention chirurgicale. Ces prothèses ont en effet l’avantage d’accentuer le décolleté. Pour un résultat naturel, les prothèses mammaires anatomiques sont les plus avantageuses. Elles doivent être privilégiées par des femmes qui recherchent des seins avec un bas nettement plus bombé que le dessus. Ces implants sont conçus pour des patientes qui ont à l’origine une petite poitrine. Ils répondent également aux attentes de celles désirant un résultat qui soit le plus naturel possible.

Pour ce qui est du contenu, les chirurgiens peuvent proposer des prothèses avec du sérum physiologique ou des prothèses avec du gel de silicone après les différents examens nécessaires. Les implants mammaires contenant du gel de silicone offrent à la nouvelle poitrine un aspect plus naturel. Les versions de dernière génération de ce type de prothèse mammaire sont proposées avec deux gels à l’intérieur.

Le gel ayant une grande plus fermeté se trouve sur le devant de la poitrine. Grâce à sa conception, elle est la solution idéale pour mettre la patiente à l’abri d’une ptôse. Plus mou, le deuxième gel est situé à l’arrière. Le fait que le gel reste en place en cas rupture constitue l’un des atouts majeurs des implants avec du gel de silicone.

Quant aux prothèses avec du sérum physiologique, ils étaient très répandus au moment de l’interdiction du silicone dans la fabrication des implants mammaires. Leur principal réside dans leur capacité à être facilement assimilé par l’organisme dans l’hypothèse d’une rupture. En plus des plis sur les seins qu’ils laissent entrevoir, l’aspect liquide qu’ils leur donnent constituent aussi l’un de leurs inconvénients majeurs.

Le prix d’une augmentation mammaire

Le prix est un aspect important d’une opération chirurgicale comme l’augmentation mammaire. Celui-ci dépend de paramètres tels que la durée d’hospitalisation, la technique employée et la nature des implants utilisés. Les tarifs qui diffèrent d’une clinique à une autre sont compris entre 4500 et 6500 euros.

augmentation mammaire prix

Quel est le prix d’une augmentation mammaire ?

Une patiente qui souhaite réaliser une augmentation mammaire avec la pose par l’aisselle d’une prothèse anatomique sous contrôle endoscopique coûtera 6500 euros. Sont inclus dans le prix une nuit d’hospitalisation et des frais comme ceux liés au fait l’implant utilisé dans le cadre de cette technique est recouvert de mousse de polyuréthane. Comme on peut le voir, il s’agit là de l’opération la plus complexe et la plus chère en matière de reconstruction mammaire. Une solution d’augmentation des seins comme la réalisation d’un implant rond via le procédé d’une cicatrice sous sein sera facturée à environ 4500 euros dans la plupart des cliniques. Ce tarif se justifie par le fait que technique de chirurgie employée ici est non seulement la plus rapide et la moins douloureuse mais également la simple.

La pose de prothèse mammaire est une intervention chirurgicale non prise en charge dans la majorité des cas par l’assurance maladie. Les dépenses sont à la charge de la patiente. Certains frais peuvent s’ajouter aux montants susmentionnés. On peut citer notamment les pansements et médicaments post-opératoires pour près de 50 euros, le soutien-gorge de contention pour 60 euros ou encore la consultation pré-anesthésique pour environ 70 euros.

En définitive, on retiendra que se refaire les seins est une intervention qui comporte des risques. La femme qui choisit cette voie en vue d’augmenter sa poitrine doit prendre ses précautions pour éviter les mauvaises surprises. De plus, le prix représente un point de cette opération sur lequel elle doit s’informer au maximum pour pouvoir faire face aux dépenses occasionnées dans le cadre de cette chirurgie esthétique.